Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Django BATES, né en 1960

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12214
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Django BATES, né en 1960   Lun 15 Sep - 19:20

Il y a un aspect délirant dans la musique orchestrale de Django Bates qui sait me divertir sans que l'ensemble me paraisse superficiel. Ce délire aux accents très jazzy par moments s'exprime au travers d'oeuvres telles que Three English Scenes pour orchestre, Tentle Moments pour orchestre et City in Euphonia - World in Chaos pour orchestre. Il y a de l'espièglerie, de l'excessif, de la fantaisie, des audaces sonores. C'est cocasse, parfois brutal, parfois acide, corrosif, turbulent, proche de l'improvisation - improvisation? Je ne le pense pas même si à un moment donné dans Tentle Moments la musique prend une allure de foutoir organisé avant de retomber sur un jazz cool avec saxophone solo. Un passage vraiment galvanisant pour moi, c'est la troisième English Scene qui commence sur un morceau de jazz impassible au rythme obsessionnel dans lequel s'immisce ponctuellement un autre jazz moins discipliné, plus "free". La plupart de ces compositions évoluent sur des structures rythmiques complexes et récurrentes: Dans City in Euphonia, la fantaisie un brin bancale de Django Bates va jusqu'à utiliser des bruits de poulailler, de poules qui cocotent et coqs qui cocoricotent... Hehe...visiblement un compositeur qui sait s'amuser mais qui sait aussi se montrer plus mélancolique et émouvant comme sur Candles Still Flicker in Roumania's Dark; le jeu minimaliste et touchant des cordes par-dessus lesquelles une trompette joue une complainte vaguement jazzy ou très tonal et attendrissant comme sur la seconde English Scene et Horses in Rain, sans exclure toutefois une pincée de fantaisie ni de malice. Son Quatuor à cordes Pond Life et son quatuor de saxophones Travel Cartoons for the Blind sont sans doute les deux pièces de chambre qui m'ont le moins diverti, même si elles ne m'ont pas ennuyé non plus. Quoi qu'il en soit, mon bon Joachim, tu peux passer ton chemin, il n'y a rien ici qui puisse t'emporter très haut. Hehe

Eléments biographiques:

Django Bates est né à Beckenham , Kent , Royaume-Uni , et a intégré l'école secondaire de Sedgehill. Dans cet établissement, il a également participé, vers 1971, à des séances pédagogiques pour jeunes musiciens à Londres  où il apprend à jouer de la trompette, du piano et du violon. De 1977 à 1978, il a étudié au Collège de Morley.
Il s'est également distingué en tant que musicien de jazz. En 1991, il crée 19 pièces pour orchestre de jazz. Il a également mis en place au Petit Orchestre avec lequel il a enregistré la musique pour The Third Policeman  et créé "Circus Ombilic", un spectacle de cirque musical.

Django Bates est apparu comme membre du "Dudu Pukwana 's Zila", "Tim Whitehead 's Borderline", "Ken Stubbs of the First Chamber", "Bill Bruford 's Terrassements" , "Sidsel Endresen" ainsi que dans les jazz-band de George Russell et George Gruntz . Il a joué aux côtés de Michael Brecker , Tim Berne , Christian Jarvi , Vince Mendoza , David Sanborn , Kate Rusby et Don Alias ​​.


Dernière édition par Icare le Lun 16 Avr - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12214
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Django BATES, né en 1960   Lun 16 Avr - 23:29

Il fallait bien que je revienne un jour à l'univers un peu singulier du compositeur anglais Django Bates. Outre une musique écrite pour une pièce de théâtre de Shakespeare, rien ne m'a permis depuis d'approfondir, plutôt rarement édité. Les oeuvres que je connais et dont je me rappelais assez bien correspondent dans l'esprit au thème de mon cycle, non que le rail soit ici invité, il s'agit plutôt d'ambiances urbaines, de villes, de machines, de véhicules motorisés, de trafics routiers et d'asphaltes. Comme je l'ai écrit en introduction du topic, il y a un aspect délirant dans la musique orchestrale de Django Bates qui sait me divertir sans que l'ensemble me paraisse superficiel. Ce délire aux accents très jazzy par moments s'exprime par exemple, au travers d'une oeuvre telle que Three English Scenes pour orchestre qui se divise en trois mouvements: on y perçoit de l'agitation, une agitation humaine et mécanique, on y ressent le stress des trafics urbains, plus précisément dans le troisième, "Forms of Escape". Ce délire, à moins qu'il s'agisse aussi et surtout d'un sens personnel de la dérision, se retrouve également dans Tentle Moments pour orchestre et City in Euphonia - World in Chaos pour orchestre.  Il y a de l'espièglerie, de l'excessif, de la fantaisie, des audaces sonores. C'est cocasse, parfois brutal, parfois acide, corrosif, turbulent, proche de l'improvisation - improvisation? Je ne le pense pas même si à un moment donné dans Tentle Moments la musique prend une allure de foutoir organisé avant de retomber sur un jazz cool avec saxophone solo. Un passage vraiment galvanisant pour moi, c'est la troisième English Scene qui commence sur un morceau de jazz impassible au rythme obsessionnel dans lequel s'immisce ponctuellement un autre jazz moins discipliné, plus "free". La plupart de ces compositions évoluent sur des structures rythmiques complexes et récurrentes: Dans City in Euphonia, la fantaisie un brin bancale de Django Bates va jusqu'à utiliser des bruits de poulailler, de poules qui cocotent et coqs qui cocoricotent...Oui, je sais, je me répète... Laughing  

<<La City était en euphorie aujourd'hui, l'indice 100 a atteint 20,6 à 63/99,5, Wall Street suivait avec enthousiasme, le Dow Jones a atteint 30,2 à 71/90,3, de jeunes hommes en complets tranchants contrôlaient tout, malgré la hausse des médicaments et de la caféine vers neuf heures et demie et la chute de la bière et des combats à six heures. Ailleurs dans le monde, ceux qui étaient en bas sont restés en bas. La City baignait dans la joie aujourd'hui, l'aluminium a été annoncé à l'indice des titres d'états du Financial Times (oups!), Powergen, également coupable, était à 12, suivie de la leucémie (à 30). Les actions étaient en hausse et pourtant certains n'ont pas reçu leur dû. Les taux d'intérêt des gens est tombé. Oh, et "Brent Crude" a acquis une nouvelle fortune...(qu'il fera spéculer dans la sphère de l'économie virtuelle) La City était satisfaite d'elle-même et jubilait aujourd'hui, le FT 30 atteignait 40,6 à 52/85,7. L'Arménie a chuté de 8,9 sur l'échelle de Richter, la sécheresse et la famine ont gagné 59% à 73,2, Ethiopie en baisse, assassinats en hausse de 13% à War Street. Somalie en baisse. Taux de natalité catholique à 26%, Mexique en baisse (le pape; stable). La City était en euphorie aujourd'hui, le monde était plongé dans le chaos et, à la fin de cette journée de transactions, ceux qui étaient en haut sont restés en haut...et ceux qui étaient en bas sont restés en bas.>> - Django Bates.
Revenir en haut Aller en bas
 
Django BATES, né en 1960
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: